Appelez-nous : 01.41.81.39.98

Société d'assainissement en Ile de France - Curage canalisation - vidange fosse septique - 01.41.81.39.98

ASSAINISSEMENT-DEBOUCHAGE-POMPAGE Notre société met à votre disposition une équipe de professionnels équipée de camions hydrocureurs pour rétablir un écoulement de vos canalisatons bouchées. L'entreprise met en place des contrats d'entretien annuels pour entretenir tout type de canalisations afin d'éviter tout problème de refoulement de vos installations. Curage à haute pression pour tout type de surface et de canalisations : Entretien de parking à l'aide de brouettes de décapage.

Débouchage canalisation

Hits: 4713

Une canalisation bouchée

Pourquoi ma canalisation est-elle bouchée ?

Il existe évidemment de nombreuses raisons qui peuvent amener au bouchage de votre canalisation. Accumulation de cheveux, de graisses, de savons, ou de tout autre corps solide ou collant, canalisation mal conçue (pente, diamètre, coude mal pensés) : les explications ne manquent pas, mais reviennent toujours sur deux possibilités : soit l'intrusion de corps qui n'ont rien à faire dans une canalisation, soit un dispositif d'évacuation mal pensé. En fonction de la cause du bouchon dans votre canalisation, deux possibilités s'offriront à vous : soit déboucher vous même la canalisation, soit faire appel à un plombier, pour un débouchage efficace, ou la refection de votre tuyauterie mal posée.

Quelle canalisation se bouche facilement ?

Toutes les canalisations peuvent se boucher, puisqu'au final, il est toujours possible d'introduire des corps étrangers dans sa tuyauterie. En dehors d'utilisations anormales de ses tuyaux d'évacuation, ce sont évidemment la salle de bain et la cuisine qui sont les plus régulièrement touchées par ces problèmes de canalisation bouchée. Accumulation de cheveux, de savon, de corps graisseux, d'aliments de petite taille : les sources de bouchon forçant au curage de ses canalisations ne sont pas rares. Evidemment, les WC et autres toilettes sont aussi propices au bouchage, à cause de trop grandes quantités de papier hygiénique introduites, ou de la présence de serviettes hygiéniques dans les canalisations.

Comment déboucher ou curer une canalisation

De nombreuses solutions existent pour procéder soi-même au débouchage de sa canalisation. On distingue différentes methodes de débouchage :

- Le débouchage à la main pour les petits bouchons accessibles
- Le débouchage à l'aide d'eau chaude
- Le débouchage à l'aide d'une ventouse
- Le débouchage à l'aide d'un furet
- Le débouchage à l'aide de produits chimiques

Chaque technique ne sera évidemment pas efficace pour tous les types de bouchon, et il sera parfois nécessaire de faire appel à un plombier pour parvenir à découcher la canalisation récalcitrante.
Notez que vous pouvez, directement sur ce site, procéder à une demande de devis gratuit pour le débouchage ou la refonte de votre système de canalisations !


Faire appel à un plombier pour la déboucher ?

Les plombiers sont de vrais spécialistres en tuyauterie, et sont évidemment mieux équipés que quiconque pour venir à bout de tout type de bouchon. Certaines sources de bouchage sont tellement corriaces que toutes les solutions s'avèrent inutiles ou vaines. Et dans ce cas, il est bien souvent indispensable de faire appel à un plombier.

ADT ASSAINISSEMENT : Debouchage canalisation :01 41 81 39 98


Le cas de la fosse septique

La fosse septique est un des cas récurrents de problèmes liés aux canalisations. Nous ne nous attarderons pas trop sur cette page, et nous renvoyons pour plus d'information sur la page dédiée à vidange de fosse septique, les bons gestes préventifs, et son entretien.


Qui doit payer pour une canalisation bouchée ?

Si vous êtes locataires, ce n'est pas forcément à vous de payer pour couvrir les frais de plombiers liés au débouchage de votre canalisation. En effet : si la canalisation est bouchée à cause d'un défaut de fabrication, les frais engendrés par les actions nécessaires pour déboucher la canalisation seront à la charge du propriétaire ou de la copropriété.


Entretien d'une canalisation

Il y a évidemment une série de gestes qui, appliqués au quotidien, peuvent permettre de réduire considédrablement les chances de voir sa canalisation bouchée. Nous allons donc ici faire l'inventaire de tout ce qui peut être mis en oeuvre pour s'éviter au maximum les désagréments d'une canalisation bouchée, et mettant l'accent sur un entretien régulier.

Il est recommandé de ne pas circu­ler avec l'engin de terrassement sur le fond de fouille, afin de re pas tasser les terres et d'éviter ainsi de créer des zones d'infiltration médiocre. Le placement des tuyauteries d'épan- dage est réalisé en respectant les mêmes espaces et dimensionnements que pour une tranchée d'épandage. Les remblais, placement du géotextile et finitions avec les terres arables, sont également réalisés de la même manière que pour les tranchées d'épandage.

LE LIT FILTRANT VERTICAL NON DRAINE

Dans le cas où le sol présente une per­méabilité supérieure à 500 mm/h, il convient de reconstituer un filtre à sable vertical non drainé assurant les fonctions d'épuration et de filtration. Du sable sili­ceux lavé doit être substitué au sol sur une épaisseur minimale de 0,70 m sous la couche de gravier, celle-ci assurant la bonne répartition de l'eau usée prétraitée distribuée par les tuyaux d'épandage.

Réalisation et dimensionnement

Pour une unité d'habitation de 5 per­sonnes (5 EH), une surface de 25 m2 minimum est recommandée. Il faut prévoir 5 m2 supplémentaires par EH supplémentaire.

Le filtre à sable doit avoir une largeur de 5 m.

La profondeur de fouille ne doit pas dépasser 1,60 m sous le niveau d'arri­vée de l'effluent.

Le lit filtrant doit être horizontal. Une épaisseur de sable de 0,90 m minimum est indispensable.

Dans le cas d'un milieu souterrain vul­nérable, tel qu'un sol calcaire fortement fissuré, le placement d'un géotextile en fond de fouille est indispensable, afin d'éviter une percolation trop rapide à travers le dispositif. S'il en est de même pour les parois latérales de la fouille, celles-ci sont étanchéifiées par un film étanche placé verticalement.


Le placement des tuyauteries d'épan- dage est réalisé en respectant les mêmes espaces et dimensionnements que pour une tranchée d'épandage. Les remblais, placement du géotextile et finitions avec les terres arables sont également réalisés de la même manière que pour les tranchées d'épandage.

 

TERTRE D'INFILTRATION NON DRAINE

 

Dans le cas où la nappe phréatique est trop proche de la surface du sol, l'épan- dage doit être établi dans la partie supé­rieure d'un tertre d'infiltration reprenant les caractéristiques du filtre vertical non drainé. Il est réalisé au-des- sus du sol en place.

 

Le tertre d'infiltration reçoit les effluents prétraités issus d'une habitation suré­levée ou d'une pompe de relevage. Le relevage des effluents par une pompe est donc indispensable lorsque l'habi­tation desservie se trouve sur un même plan horizontal.

 

Pour prévenir tout risque d'affouillement et assurer une bonne stabilité de l'ou­vrage, une étude de sol spécifique est fortement recommandée.

 

Réalisation et dimensionnement

 


 

 

La largeur du tertre est de 5 m en son sommet. Le fond de tertre doit se situer au minimum à 0,80 m sous le fil d'eau à son niveau d'arrivée sur le tertre. La réalisation de l'ouvrage proprement dit (sable, gravier, tuyauteries d'épan­dage, géotextile) est assurée de la même manière que pour le lit filtrant vertical non drainé développé précédemment.

 

Avant placement des terres arables, on place un géotextile couvrant l'en­semble de l'ouvrage. Un débordement de 0,10 m de chaque côté des parois du tertre est à prévoir.

 

Plusieurs coupes de géotextile peuvent être utilisées. Dans ce cas, il faut pré­voir un recouvrement des coupes de 0,20 m.

 

Le tertre filtrant non drainé peut se réali­ser sur une surface en pente. Cette par­ticularité présentera l'intérêt d'éviter le cas échéant la station de relevage des effluents.

 

L'ASSAINISSEMENT EN CAS DE PERMÉABILITÉ DU SOL INSUFFISANTE

 

Dans le cas d'un sol à perméabilité inférieure à 15 mm/h, il convient de reconstituer un sol artificiel permettant d'assurer la fonction de l'épuration de l'effluent.

 

La réglementation française prévoit les différents dispositifs développés dans ce chapitre.

 

Un réseau de canalisations de reprise des eaux épurées est placé à la base de ces dispositifs de traitement.

 

L'eau épurée est donc évacuée vers un point de rejet validé.


 

LE FILTRE À SABLE VERTICAL DRAINÉ

 

Le dispositif est à mettre en parallèle avec le filtre à sable vertical non drainé développé précédemment (voir p. 45). À la base du lit filtrant, un drainage récu­père les eaux traitées qui sont dirigées vers une chambre de visite de prélève­ment puis évacuées vers un point de rejet validé.

 

Conformément à la réglementation, l'évacuation des eaux épurées sera réalisée prioritairement par percolation dans le sol pour toutes les installations de capacité égale ou inférieure à 20 EH (1,2 kg/DBO/j) ce qui peut poser le pro­blème de faisabilité de cette filière au regard de la profondeur du rejet qui lui est inhérente.

 

Réalisation et dimensionnement

 

Les mêmes paramètres développés pour le filtre à sable vertical non drainé (voir p. 45) sont utilisés ici. Les dispositions suivantes seront cependant ajoutées lors de la réalisa­tion de l'ouvrage :

 

  • placement d'un film imperméable sur toute la surface du fond de fouille et sur les parois latérales de la fouille ;
  • placement d'un réseau de tuyaux de collecte en fond de fouille avec ori­fices de collecte placés vers le bas ;
  • enfouissement des tuyaux de collecte dans une couche de gravier 20-40 ;
  • placement d'un géotextile sur les tuyaux de collecte ;

 

• raccordement des tuyaux de collecte à une chambre de visite (regard de collecte) permettant le prélèvement des eaux.

 

elles sont générale­ment contaminées à divers degrés par d'autres minéraux métalliques, du quartz ou d'autres zéolithes. Pour cette raison, les zéolithes naturelles sont exclues de beaucoup d'applica­tions industrielles où l'uniformité et la pureté sont essentielles.

 

Les zéolithes synthétiques présentent l'avantage d'être très pures et de struc­ture uniforme.

 

Le CSHF a, dans un premier temps, émis un avis négatif sur cette filière, pour ensuite revenir sur cette décision. Le CEMAGREF a, quant à lui, effectué en 2008 une étude sur cette filière en partenariat avec l'AMRF et l'ONEMA. Ces travaux aboutissent au constat de défaut de performances sur plus de 50 % des installations traitant le petit collectif. La réglementation française auto­rise aujourd'hui cette filière sous cer­taines contraintes. Selon l'arrêté du 7 septembre 2009 :

 

  • la zéolithe utilisée doit être de type chabasite naturelle ;
  • une FTE de 5 m3 minimum doit être pla­cée en amont du dispositif pour exécu­ter le prétraitement des eaux de 5 EH ;
  • la surface minimale du massif filtrant
  • doit être de 5 r&pgffiftg 'de granu_
  • d®n2tne'différente doivent équiper le dispositif :

 

-      couche inférieure : granulométrie de 0,5 à 2 mm ;

 

-      couche supérieure : granulométrie de 2 à 5 mm ;

après tassement, le filtre doit avoir une épaisseur minimale de 50 cm.

 

 

LE LIT FILTRANT A FLUX VERTICAL A MASSIF DE ZEOLITHE

 

Les zéolithes peuvent être naturelles ou synthétiques. Plus de 150 types de zéolithes ont été synthétisées et 48 zéolithes naturelles sont connues. Les zéolithes naturelles se forment sur des terrains où les roches et les cendres volcaniques ont réagi avec les eaux souterraines alcalines mais éga­lement dans les couches de dépôts organiques des bassins superfi­ciels. Cette formation dure plusieurs centaines ou milliers d'années. Les zéolithes naturelles sont très rare.